lundi 31 décembre 2007

Mes 8 nouvelles résolutions pour 2008

-1- Ne plus exhiber ma vie privée sur mon blog;
-2- Changer de surnom, désormais je ne m'appelle plus Anna Kristina. En attendant d'en trouver un autre, je m'appellerai "No name";
-3- Retourner faire du sport;
-4- Me faire des ami(e)s à moi et ne plus me contenter des amis de mon partenaire;
-5- Ne lier ma carrière, ni mes projets d'avenir à qui que ce soit; car nul n'est acquis, nul n'est immuable, nul n'est "indispensable";
-6- Ne plus craindre de dire "Non" à quelqu'un, donner ses raisons et les assumer;
-7- Ne plus faire d'heures sup au travail;
-8- Ne plus laisser passer le harcèlement moral au travail;

La 1ère et la 2nde résolution sont entrées en vigueur dès aujourd'hui.
Le 3ème résolution est prévue pour la semaine prochaine, inchallah.
Pour le reste, c'est une question de temps, un effort à faire en continu, un changement d'habitudes..

jeudi 27 décembre 2007

Des vacances...enfin !!

...Je pars en vacances.


Je vous présente d'avance, tous mes voeux de bonheur, de joie, de prospérité et surtout de bonne santé.

Bonne année 2008!!


Le dîner de cons

Ce soir, l'association des anciens élèves de mon ancien lycée se réunissent pour dîner au Lac.
J'hésite encore à y aller.
Depuis l'annonce des résultats du bac, je ne suis jamais retournée au lycée (comme le font certains anciens élèves).
Je n'ai gardé contact qu'avec certaines personnes, et encore, je ne les vois qu'une fois de temps en temps...


Alors bon...ce dîner...Ce sera l'occasion de revoir les anciens élèves, de voir ce qu'ils sont devenus, les voies qu'ils ont prises...
Les questions fuseront de toutes part: "Alors? qu'est-ce que tu deviens? Que fais-tu dans la vie?..."
Jusque-là ça va, je suis assez fière de mon parcours, je n'ai jamais connu le chômage, je gagne bien ma vie, hamdoulah.


Mais je sens que je vais m'énerver si j'entends ce genre de question: "Alors? On a appris que tu t'es mariée..."
Une question typique des filles de ma tranche d'âge: le mariage est une obssession..


mmm je n'ai pas honte de dire que oui, je me suis mariée, puis divorcée, puis fiancée de nouveau...mais je n'ai vraiment pas envie de m'étaler sur ma vie privée.
Car je sais qu'elles ne se contenteront pas de cette réponse..elles voudront en savoir plus: pourquoi? quand? comment?


pffff...ça va me gonfler, et je vais regretter d'être venue à ce dîner. Un dîner de cons. Où je serai le con de service..

dimanche 23 décembre 2007

"Bent Familia"


Hier soir, Mohamed est passé me prendre, on est allé faire un tour à la Marsa avec sa jeune cousine venue de Suisse.

Après un verre au Plazza, nous la raccompagnons chez elle, et nous décidons d'aller dîner au Sprint, un resto simple, un bon rapport qualité prix, à l'Avenue Habib Bourguiba, juste à côté du Café de Paris.

Tour à tour, les amis de Mohamed, et les "miennes", viennent se joindre à notre table, prendre un verre, manger une pizza, puis repartent, chacun vers son monde.
Sympathique.
Jusque là, rien de spécial.

Je reçois un coup de fil: c'est Ines, une de mes copines du lycée, et qui connaît depuis peu Skan et Noomen les amis de Mohamed...

Elle vient avec Skan dans quelques minutes et m'a appelé pour me prévenir que Sonia (une autre copine du lycée) est avec elle, et que si j'avais un verre devant moi, je devais m'en débarrasser pour éviter qu'elle ne soit choquée...

Je ne fais pas de réaction, je me contente de lui dire: "D'accord, on vous attend".

Quoi? Choquer Sonia? Pourquoi? Elle se prend pour qui? Ma mère?!!

Skan et Ines entrent dans le resto.

Ines, a l'air de chercher mon verre du regard.. Oui, il est toujours là, devant moi, et je n'ai pas à en rougir. Chacun fait ce qu'il veut!
Alors? Elle est où Sonia?
Euuuh, elle a refusé d'entrer.
Pourquoi?
Elle ne veut pas entrer dans un lieu où on sert l'alcool.
??!! Ah bon, dans ce cas comment se fait-il que vous allez passer la soirée au Carthage Palace? N'y a-t-il pas d'alcool là-bas?

Au fait, elle a jugé l'endroit mal fréquenté. Voyant le Café de Paris, juste à côté, plein d'hommes et de Bière...elle a cru que c'était la même ambiance au resto..

Je sors pour la convaincre d'entrer, lui assure qu'il y a beaucoup de femmes à l'intérieur, des familles même, des étrangers (italiens, français...). Rien n'y fait.
Pas assez cher pour elle. Pas assez chic.

Pour elle qui vient d'Ennasr (pour beaucoup de gens c'est l'un des quartiers les plus "Chic" de Tunis, avec ses tours de bétons, ses apparts qui côutent la peau des fesses...) enfin bref, passons, pour elle cet endroit n'est pas fréquentable.

"Comment est-ce que son fiançé l'emmène dans un endroit pareil?" dit-elle à Ines.

Elle nous a donc snobé.

Vous ne pourrez pas me convaincre du contraire, car si réellement elle ne voulait pas entrer dans un endroit où on sert l'alcool, elle n'irait pas passer la soirée au Carthage Palace, un 5 étoiles à Gammarth. Pourquoi l'alcool serait-il moins "Hram" quand il serait plus cher?!

J'ai fais exprès de garder mon verre, j'aurai aimé qu'elle entre et le voit, pour voir sa réaction, et en rire.

Pourquoi les gens se permettent-ils de juger les autres?

Ines repart à contre coeur, rejoindre Sonia dans la voiture, en attendant que Skan termine sa pizza et son verre.

Pourquoi croyez vous que je ne vous présente jamais mes "copines"? Parce que je les connais très bien, et je sais que leur monde et celui des amis de Mohamed sont très différents, qu'ils ne feraient pas bon ménage, que c'est comme l'eau et l'huile.

Au Carthage Palace, elles espèrent peut être trouver l'homme de leur vie: qu'il boive de l'alcool ou non, l'essentiel est qu'il ait un compte en banque bien fourni.

Voilà le portrait de "Bnet el Familiet" (les filles de bonnes familles) de la bourgeoisie de Tunis: coinçées entre snobisme et conservatisme, coinçées tout court.

Vous l'aurez deviné: je suis contre toute forme de conservatisme, et je deviens encore plus virulante quand il s'agit d'un conservatisme croisé avec du snobisme.

Ces gens là, leurs discussions sont stériles, ils n'ont rien à m'apporter, je les raye de ma vie..Pire, je les fuis comme la peste.

J'ai honte pour elles. Quand je vois et j'entend parler les amis de Mohamed, je me dis que je fais bien de ne pas les leur présenter.

Les amis de Mohamed sont chacun un personnage à part entière, chacun a sa philosophie de la vie, ses théories. Chacun apporte un plus au groupe. A première vue, quand on les connaît pas, on se dit: "Qu'est-ce que c'est que ces énergumènes?"

Mais si vous tendez l'oreille et vous les écoutez discuter, même après des dizaines de bières, ou de bouteilles de vin, vous allez en apprendre des choses.
Ils savent apprécier les choses simples, apprécier le moment présent.Ils ne s'encombrent pas de "m'as-tu vu" ni de "qu'en dira-t-on". Ils laissent ça aux snobs.

un "Snob préfère voyager debout en première classe, qu'assis en seconde".[Gilbert Cesbon]

jeudi 20 décembre 2007

L'autre visage de la Lybie


Jamais je n'aurai soupçonné l'existance d'aussi beaux vestiges greco-romains en Lybie!

Comme si la Lybie d'aujourd'hui, la Lybie de Kadhafi, avait toujours été aussi renfermée sur elle-même, aussi étanche à toute intrusion externe, à tout échange.

Comme si l'embargo sur la Lybie (décidé par les Nations Unies en 1986) avait toujours existé (oui, bon, étant née en 1982, c'est un peu légitime de croire ça...).



Bref, moi qui ignore tout de la Lybie, je viens de découvrir l'existance de Leptis Magna, sûrement une des plus belles villes romaines de la côte méditerranéenne,aussi bien par l’étendue de son site que la conservation exceptionnelle de ses monuments.

Fondée au premier millénaire avant J.C, ce port phénicien, situé à 125 kilomètres de Tripoli,devint aussi important que celui de Carthage à cette époque. Il fût la ville de naissance d’un grand empereur : Septime Sévère.Celui-ci n’eut de cesse d’embellir sa ville pardes marbres sculptés somptueux.L’Arc de Septime Sévère,encore présent aujourd’hui, est un desmonuments majeurs de Leptis Magna.
Abandonné au 11ème siècle, les fouilles archéologiques au XXème siècle ont révélé de nombreuses découvertes dont certaines ont été regroupées dans un Musée par lequel commencera votre visite (le département libyen des Antiquités a défini un parcours de visite précis). Leptis Magna est en effet désormais inscrit au patrimoine mondial de l’humanité (en 1982).



Les thermes d’Hadrien, entièrement recouverts de marbre et de granit, sont l’autre monument majeur de Leptis Magna. Elles étaient les plus étendues de l’Empire après celle de Rome. Plus loin, vous découvrirez le Nymphée, sanctuaire dédié au culte des nymphes.
Vous pourrez aussi apprécier la visite des monuments tels que la place polygonale, la voie à colonnes, le nouveau forum, ainsi que la basilique sévérienne, le théâtre superbement décoré, le cirque où 23 000 personnes pouvaient assister à des courses de chars, et l’amphithéâtre.



Mais ce n'est pas tout! Il y a aussi Sabratha!! (J'insiste bien sur le "S" :) )



Regardez moi cette vue!! Face à la mer!


Sabratha est connu pour ses ruines antiques. Les libyens aiment, eux, s’y rendre le vendredi, jour de repos hebdomadaire, non pour visiter ces ruines mais pour y faire des tours de barques.
Ancien comptoir carthaginois (fondée au VIème siècle av. J.C), Sabratha est à 70 kilomètres de Tripoli. Inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1992, le théâtre romain est son joyau. Il compte parmi les plus beaux et les mieux conservés d’Afrique. C’est aussi un des plus grands puisque 5000 spectateurs pouvaient s’y rendre (alors qu’aujourd’hui la capacité est de 1600 personnes).
Son mur de scène s’étale sur 3 étages. Le clou du spectacle : le théâtre donne sur la mer.
A 500 mètres du théâtre se trouvait l’amphithéâtre qui pouvait accueillir jusqu’à 10 000 spectateurs, venus assister aux combats de gladiateurs
.

Et si je vous disais qu'une réplique du temple de Zeus d'Olympie existe en Lybie, à Cyrène!! Hein?

Cyrène a été fondé par la colonie grecque de Théra. En proie à de dures sécheresses et donc à une grave crise économique, Théra consulta l’oracle d’Apollon à Delphes. Celui-ci ordonna le départ d’un fils par famille vers l’Afrique. Ainsi naquit Cyrène !
Les colons n’ont pas chômé si on juge de l’ampleur des travaux réalisés, en particulier le grand temple de Zeus, plus grand temple grec d’Afrique (70 mètres sur 31 mètres, soit aussi grand que le temple de Zeus à Olympie). Etonnant de simplicité, cet endroit dégage une sérénité qu’on quittera à regret.

Personnellement, j'irai bien en Lybie visiter ces joyaux archéologiques. Mais y a-t-il des tours opérateurs qui proposent des voyages chez Kadhafi? Est-ce qu'il y a une infrastructure touristique? Non, je ne pense pas.

A voir l'état de l'aéroport de Tripoli...

Ezzah, autant de richesses natuelles (pas uniquement du pétrole ou du gaz, il y a des paysages de rêves sur les côtes lybiennes), des vestiges archéologiques...si peu exploités.

Quel gâchi!

mercredi 19 décembre 2007

A vos Dawara! Prêtes? Partez!

Comment laver la dawara !!
Pour vous éviter de jeter la dawara et de passer un Aïd el Kebir sans osbane je vais vous donner la méthode infaillible du docteur « tata Monia » spécialiste mondiale de lavage rapide et minutieux de dawara.

(...) Je suis en train de penser à comment m'en débarrasser plus à comment la laver. Mais pour vous, les courageuses, téméraires et grandes filles que vous êtes je vous donne les explications d'une experte en lavage de dawara. Tata Monia insiste sur le fait de commencer rapidement à laver la dawara. En fait, il faut commencer alors qu'elle est encore fumante (quelle horreur). Lorsqu'elle refroidi, la graisse va rendre le lavage encore plus difficile (je sais de quoi je parle). Commencer par enlever délicatement la crépine (r'da). Vous aller vous retrouver nez à nez avec la panse (el kercha), la poche la plus grande qui a une paroi lisse. Videz la de son « contenu » retournez la et lavez la à grande eau. Cette panse va être détaillée en plusieurs poches qui serviront pour les andouillettes. Prélever par la suite le bonnet (chechiet bouk) c'est une petite poche dont la paroi est alvéolée comme un nid d'abeille. Puis le feuillet (oum lawra9) avec ces feuilles qui referment sournoisement du…peu importe. Il suffit de la laver sous un robinet feuille par feuille. On appelle cette partie de "talle9et ennesse" ça veut tout dire. Rincez les abondamment puis prélevez la caillette (bibinout ou bou binout), les petits boyaux (el mosrana) qui peuvent servir pour faire du merguez et le gros boyau (ommek aicha) qui eux aussi doivent être bien rincés. Trompez tous ces « parties » dans de l'eau bouillante pendant une minute et grattez les au couteau pour enlever leurs villosités. Rincez les soigneusement. La panse, le bonnet, le feuillet, vont servir pour le osbane. Sinon vous pouvez les utiliser pour faire une chmenka. La crépine aussi peut être utilisée pour le osbane. J'espère que vous allez vous en sortir avec cette dawarra. Je vous souhaite beaucoup de courage. Sur Nawarat, vous aller trouver la recette du osbane et bien d'autres.
Nejla
Source :
http://www.nawarat.net


Pour ma part, cette année, j'ai été dispensée de Dawara!!
Pourquoi? eh bien, pour la première fois, nous avons trouvé un kyste dans notre dawara, nous l'avons donc jetée.
Mon père est déçu, ma mère aussi...Et moi? eh bien...moi qui me réjouissais à l'idée de barbotter dans la dawara, les mains dans une eau à 5°C max...je suis déçue aussi :(
Noooon, je rigole!

Bof, moi je l'ai déjà fais avant, avec ma mère, mais ce n'est pas vraiment mon dada. Et puis, les critères de choix d'une femme ont bien changé n'est-ce pas? On ne choisi plus sa femme selon qu'elle sache laver la dawara ou non..Enfin je l'espère!
"Talle9et ennsé"...très réducteur comme critère.

Il nous reste le méchoui :) miam miam !

Aid El Kebir

Aidkom Mabrouk!
Koll 3am wentouma bkhir!

mardi 18 décembre 2007

Mon 薪酬 ne suffit plus, je réclame une 祢 !!!

Mon 薪酬 ne suffit plus, je réclame une ???
Vous vous dites sûrement: qu'est-ce qu'elle va encore nous sortir cette fois-ci? Elle parle chinois maintenant?

薪酬 signifie: salaire en chinois.
祢 signifie: prime :)

Si je veux embêter mon patron, je n'aurai qu'à accorcher cette phrase sur ma porte :)
Après les trois singes de la sagesse, voilà qu'elle se met au chinois pour réclamer une prime maintenant!!

Eh oui, on ne sait plus avec quelle langue leur parler. On a tout essayé: bosser jour et nuit, des heures sup sans compter....résultat: ils considèrent ça comme leur dû, et le jour où vous fléchissez, on vous taxe de fénéant!!
Et quand vient la fin de l'année, on nous martèle avec "Il n'y a pas de nouveaux marchés cette année, peu d'entrée d'argent, estimez vous heureux de reçevoir votre salaire...."
Et le comble, c'est qu'on apprend peu de temps après que les big boss se sont offert des vacances de rêves en République dominicaine sur les frais de la boîte!

On a essayé aussi de ne pas travailler, de réduire le rendement, alors là vous ne pouvez plus l'ouvrir...après tout "tmarwe7 ou t7eb prime?!"

Alors bon, cette année vu le nombre croissant de démissions (trop de pression, harcèlement, heures sup non rémunérées, difficulté à prendre des congés,...etc.), j'attend de voir ce qui va se passer...

Aura-t-on droit à une 祢??

samedi 15 décembre 2007

La Terre pleure

Fait rare, le responsable des Nations Unies chargé du climat pleure de désespoir face aux réticences des pays industrialisés, les Etats Unis en tête, à s'engager pour réduire leurs émissions polluantes.


"Après un épuisant marathon nocturne et un dénouement mélodramatique de sept heures, ponctué de suspensions de séances qui en ont retardé encore la conclusion, la conférence climat de l'Organisation des Nations Unies, se tenant actuellement à Bali en Indonésie, a formellement adopté ce qui restera comme la "feuille de route de Bali". Cette dernière, pour la première fois, pays industrialisés et nations en développement à la réduction des émissions polluantes."

"Franchement, je suis déçu par le manque de progrès" dans les discussions, avait solennellement lancé le secrétaire général Ban Ki-moon, venu assister à la dernière séance plénière pour y peser de toute son influence."Mais il se fait tard, il est temps de décider, de prendre une décision, vous avez dans vos mains la capacité d'apporter au monde une issue positive à cette conférence", avait-il ajouté.

Yvo de Boer, le responsable de la lutte contre le changement climatique à l'ONU a craqué à la tribune, s'exprimant avec des sanglots dans la voix, à l'issue de plusieurs interruptions de séances et de menaces de veto américain."

Lamentable!!

vendredi 14 décembre 2007

La musique de mon enfance

Je me souviens des chansons de mon enfance...
"Jalousie maladie", "Malheur à celui qui blesse un enfant", "Oumparere", "Pourquoi parler d'amour"....et j'en passe. Des chansons qui ont bercé mon enfance.
Je me revois en culotte courte, manipulant ma petite radio cassette, avec les cassettes d'Enrico Macias, entre autres...et chantant à tue tête.
J'ai même des cassettes où on m'entend râler contre la cassette ki ne marche pas, alors que j'avais appuyé sur Record au lieu de Play :) "Ma habbetch etdouuuur!!!"
Aujourd'hui encore, dès que j'entends sa voix je retombe en enfance.

Alors vous comprendrez ma douleur quand vous lirez ce que j'ai lu dans "Le Courrier International" où l'on reprend l'article de Kamel Daoud dans "Le Quotidien d'Oran":

"On ne peut reprocher à Enrico Macias d'avoir plus chanté sa nostalgie de l'Algérie que l'Algérie elle-même, et d'avoir déclamé plus de poêmes pour Israel que pour Constantine (sa ville natale). A la fin, il s'est retrouvé être à la fois israelien, français, algérien et rien de tout cela. (...)A chacune de ses venus annoncées, les fabricants d'intégrismes prêt-à-porter, certains journaux et beaucoup d'avocats du vide retrouvent un sens à leur histoire et se mettent à crier à la trahison de la cause palestinienne, aux constantes nationales, à l'atteinte de notre arabité archéologique et à nos valeurs pour masquer le reste des désastres domestiques. La réaction à la dernière annonce du pélerinage de ce chanteur [il désirait accompagner Nicolas Sarkozy lors de sa visite d'Etat] semble si disproportionnée que l'on est tenté de l'analyser à travers la grille de la psychologie des profondeurs.

Pourquoi sommes-nous ainsi? (...) Avons-nous tant de temps à perdre à faire barrage à un chanteur? (...) On ne sert pas le nationalisme par ce genre de purge rétroactive, et on ne vainc pas Israel en battant au tambour l'un de ses troubadours.
(...) Investir cette question avec des reliquats de contre-croisades et une surenchère de susceptibilité ne mène nulle part.
(...) Un juif a le droit de visiter Médine, en Arabie Saoudite, pour y avoir vécu à l'époque du Prophète et même avant, mais n'a pas le droit de visiter Constantine aujourd'hui.
Pourquoi? Parce que Constantine se trouve en Algérie, qui se trouve coincée entre les siens et le vide.

Ce dernier passage m'a scotché tellement je l'ai trouvé pertinent, poignant, vrai.

Cet article me fait de la peine, d'autant plus que j'ai du sang algérien qui coule dans mes veines, que même si cela fait 16 ans que je n'ai pas foulé le sol algérien, je ne peux m'empêcher de m'identifier à ce pays où est née et a vécu ma mère.
C'est d'ailleurs le point commun que j'ai avec Enrico Macias: je chante "Wahrane" (Oran), je chante l'Algérie, en attendant de pouvoir un jour, bientôt j'espère, embrasser son sol, embrasser tous les miens en Algérie, même après de longues années d'absence...


Boulimie

Boulimique de l'écriture.
C'est ce que je suis devenue.
Dès que j'entre dans ma chambre, la première chose que je fais c'est Allumer le PC et ouvrir mon blog pour y poster un message, voir combien de personnes l'ont consulté..
Je finis par hésiter entre aller danser la Salsa ou rentrer écrire!!
En parlant de Salsa, je crois que je ne vais plus y aller, finalement, c'est pas pour moi.
J'ai raté plusieurs séances (à cause de mon cher travail) et du coup, je me sens dépassée, et c'est devenu une source de stress et d'énervement (quand je me mêle les pinceaux avec les pas de danse) au lieu que ce soit une activité de détente.
Voilà pourquoi j'ai décidé de faire plutôt de l'aérobic. Dès la semaine prochaine inchallah.

mercredi 12 décembre 2007

"Dès qu'j'te vois" de Vanessa Paradis

{Refrain:}
Est-ce que si on l'avait fait
On s'ferait l'effet
Que l'on se fait chaque fois ?
Si on l'avait fait
On s'ferait l'effet que l'on se fait ?



Dès qu'j'te vois

Dès qu'j'te vois, je sais que c'est toi
Oui je sais que c'est toi, oui je sais que c'est toi
Dès que tu me vois, tu sais que c'est moi
Oui tu sais que c'est moi, oui tu sais que c'est moi



{au Refrain}

Dès qu'je te vois
Comment ce fait
Dès qu'je te vois

J'avoue ce jeu me tue
Si tu me dis adieu

Dès que j'te vois, je sais que c'est toi
Oui je sais que c'est toi, oui je sais que c'est toi



Ce vous, ce je, ce tu
Qui jouent avec le feu



Dès que j'te vois, je sais que c'est toi
Oui je sais que c'est toi, oui je sais que c'est toi

Je ne résiste plus
J'ai vu dans ton regard
Des remords disparus
Je rentre, il est trop tard

{au Refrain}

Dès qu'j'te vois
Comment ce fait

Dès qu'je te vois
Dès qu'je te vois

{au Refrain}

Est-ce que si on l'avait fait
Si on l'avait fait
Je sais qu'c'est toi


Est-ce que si on l'avait fait
Si on l'avait fait
Je sais qu'c'est toi

Du mystère, un jeu de cache cache, une Vanessa Paradis envoûtante, fraîche.

Je l'envie pour le Johnny Deep qu'elle a à la maisooon!!!

mardi 11 décembre 2007

Propagande

Il y a un genre d'email que je reçoie régulièrement dans ma boîte mail au bureau et qui m'énerve.


Vous savez, ces emails où on vous dit par exemple: "Ne buvez plus de Coca Cola et boycottez les produits américains pour soutenir nos frères palestiniens..." ou encore "Ne mangez plus de chocolat Mars, Lion ou Twix, car ils seront désormais fabriqués à base de graisses animales, et en particulier, de "7allouf", et que c'est contraire à la religion musulmane..."


Pfff que des conneries!


Pour soutenir nos frères palestiniens, il faudrait non pas se priver de Coca à table, mais faire pression sur les dirigeants arabes pour soutenir VRAIMENT et CONCRETEMENT nos frères palestiniens.


Ce qui est plus dangereux et vicieux dans ce genre d'email c'est qu'ils essayent de se servir du fait que nous, les musulmans du Maghreb, nous avons un complexe d'infériorité par rapport aux musulmans d'Orient, que nous croyons (à tord) que nous sommes des musulmans de "deuxième division", que nous avons beaucoup à nous reprocher...et par conséquent, qu'il suffit de nous envoyer un email écrit en arabe littéraire, avec une légère allusion à la religion, pour que nous plongions les yeux fermés, que nous "gobons" tout...


C'est de la propagande "pseudo" religieuse et c'est un problème à prendre au sérieux.


Quand on s'adresse à la nouvelle génération, pour la plupart des scientifiques, des cartésiens, il faut donner des preuves tangibles, des tests en laboratoires, des rapports d'organismes reconnus, et non des "on dit", avec juste quelques photos de Twix ou de Mars...c'est trop léger, c'est nous prendre pour des cons.


"ça c'est 7lel" , "ça c'est 7ram"...alors qu'entre temps, le monde avance à une vitesse ahurissante.


Tu manges ce que tu veux, tu regardes ce que tu veux, tu t'habilles comme tu veux, mais de grâce, pas de sermons!

lundi 10 décembre 2007

Père Noel, je veux un iPhone!

De: Anna Kristina from Tunis
Au: Père Noel from Alaska- 1, Chemin des nuages- Pôle Nord

"Cher père Noel,

Je veux le téléphone qui fait ravage en ce moment, la meilleure idée cadeau de ce Noel 2007, le iPhone de Apple, dernier joujou de Steve Jobs. Valeur: 400 Euros en France."

Sûr de son coup, Steve Jobs a exigé de l'opérateur téléphonique AT&T, 3$ par mois sur chaque iPhone vendu aux Etats Unis, contre l'exclusivité !
En France, c'est l'opérateur Orange qui devra mettre la main à la poche.

Pour le première fois, ce sont les opérateurs téléphoniques qui payent pour avoir le droit de vendre des portables et non le contraire.

En effet, Steve Jobs a demandé à ses ingénieurs de conçevoir un portable, ou devrait-je dire un coffre-fort, qui ne puisse fonctionner qu'avec un seul opérateur téléphonique, et même pour changer la batterie, il faut faire appelle à Apple et débourser 80 $ !!

Mais Steve n'aurait jamais imaginé qu'un américain de 17 ans pourrait débloquer son iPhone. Au bout de 500 heures de bidouillage, George Hotz a pu utiliser son iPhone avec un autre opérateur téléphonique de AT&T.
Et depuis, l'astuce s'est propagée entre les experts de déblocage de portables. Cette opération, ne dure que 30 minutes, et coûte 80 Euros.



J'imagine la tête de Steve Jobs en apprenant la nouvelle...



D'après le magazine "Capital", les points forts de l'iPhone sont:
- une navigation grand confort sur internet (affichage d'une page web en entier, zoom du bout des doigts...);
- un clavier virtuel intelligent;
- des images toujours dans le bon sens (l'image bascule selon la position de l'iPhone: format paysage ou portrait);
- un iPod de première classe (avec plus de 2700 morceaux de musique).

Mais il a également des défauts, notamment:
- une batterie difficile à changer;
- pas de MMS ni de vidéo;
- un engin vérouillé (enfin, plus si vérouillé que ça maintenant...grâce à George Hotz);
- un chargement de pages web trop lent (55 secondes pour afficher une page web!!Car il utilise la norme Edge, moins rapide que la 3G utilisée en Europe).

Mais bon, il y a assez "d'innovations bluffantes à se mettre sous la dent" pour pardonner à l'iPhone ses défauts.

mardi 4 décembre 2007

"Crna macka beli macor"

"Crna macka beli macor" c'est le titre serbe de "Chat noir, chat blanc" le film d'Emir Kusturica.

J'ai beaucoup de retard à rettrapper côté films (par rapport à mon chéri et ses amis). D'ailleurs, vu que je n'ai jamais été cinéphile, je me retrouve souvent sur le banc quand ils débattent d'un film...

Et quand on met un film lui et moi, c'est toujours la même histoire: soit le film ne me plait pas du tout, soit je m'endors au bout d'un quart d'heure...déséspérant!

J'ai donc décidé de regarder "Chat noir, chat blanc", LE film de référence de Mohamed, et des certains de ses amis.

Si ce film ne me plait pas, je laisse tomber, je reprend mes séries TV, "Les experts", "Preuve à l'appui", "FBI portés disparus"...tout ce que déteste Mohamed quoi.

Je mets le film donc, et...surprise: il retient mon attention du début jusqu'à la fin!

Cela fait très longtemps que ça ne m'était pas arrivé..

Ouf! Je suis rassurée.

Matko le gitan, qui vit au bord du Danube de petits trafics avec les Russes, a besoin d'argent pour realiser un coup important. Il demande a Grga Pitic, parrain de la communauté gitane et vieil ami de la famille, de le financer. Grga accepte, mais Matko n'est pas à la hauteur et se fait doubler par le dangereux Dadan. Pour solder sa dette, Dadan lui propose de marier son fils Zare a Ladybird, sa minuscule soeur cadette. Mais Zane en aime une autre, la blonde Ida. Le mariage a lieu. La mariée profite d'un moment d'inattention et s'enfuit.

-Matko: un personnage con, naif, qui se fait avoir facilement, mais oh combien touchant et marrant.
-Zare, son fils: un jeune homme intègre, honnête, amoureux de Ida, la belle et pétillante Ida.
-Grga Pitic: très moche, mais alors...d'une mocheteté! mais au risque de me répéter: il est très marrant.
-Dadan: un personnage arrogant, opportuniste et mal honnête qu'on a envie d'étrangler.

Un film rythmé, mouvementé, sur le plan de l'action mais également grâce à la musique d'Emir Kusturica et de son groupe, le No Smoking Orchestra. Il reflète bien le mode de vie des gitans, leur insoucience et leur simplicité.

Un film serbe, français et allemand, récompensé par un Lion d’argent, au Festival de Venise 1998.

Un film à voir absolument.

lundi 3 décembre 2007

Tu peux compter sur moi!

Histoire de finir sur une note...moins morbide...plus drôle:

Si t'as besoin de moi, peu importe le problème, pour te tendre la main si les autres portes se referment. La mienne est ouverte sans question, sans conditions, faut juste s'entendre sur la date j'ai des obligations.

Tu peux compter sur moi, quand tu veux et où que ce soit, je serai toujours là pour toi, tu peux compter sur moi, mais surtout n'oublie pas...

Faut pas que ce soit trop loin, j' prends pas l'avion j'ai trop peur, j' prends pas non plus

le bateau parce que j'ai le mal de mer. Je peux venir en train mais je voyage en première, comme j' conduis pas, pour la voiture il me faut un chauffeur. Sinon, à part ça, tu peux compter sur moi. Si tu as perdu le goût et perdu le chemin, si tu tiens à peine debout, si c'est la peine qui te tient. Si tu te sens seul, si t'as besoin d'une épaule, si tu te sens mal, t'hésites pas, tu m'appelles.

Tu peux compter sur moi, quand tu veux et où que ce soit, je serai toujours là pour toi, tu peux compter sur moi, mais surtout n'oublie pas...

Le week-end ça m'arrange pas, la semaine j' suis pas trop joignable. Les vacances pourquoi pas, sauf que je coupe mon portable. Je peux je crois en juin, mais vaut mieux que je vérifie. Dimanche en huit je fais rien, ah non ! Je serai pas à Paris. Sinon, à part ça, tu peux compter sur moi. Faut pas que ce soit trop loin et faut choisir le bon jour, mais je serai là pour toi, j'espère que tu en es sûr. Tu me raconteras tes malheurs, j' dirai des banalités, on parlera pendant des heures et si c'est pas assez, j' te jouerai n'importe comment les morceaux de Joe Dassin, on sortira les trompettes et tant pis pour les voisins.

Si un jour ça va pas, j'espère que tu viendras... je compte sur toi.

Bénabar

... ça vous rappelle sûrement quelqu'un de votre entourage ;)

Momie


Momie recouverte de ses "cartonnages"époque ptolémaïque, IIIe - IIe siècle avant J.-C.Louvre,Département des Antiquités égyptiennes, N2627

La première fois que vous approchez une momie, c'est le frisson garanti!
Surtout quand vous essayez d'imaginer les embaumeurs éviscérer le corps, puis le sécher au soleil, l'enduire de plusieurs couches d'huiles végétales et animales...etc.

Même après 70 jours d'effort de momification (oui, ça dure 70 jours), il ne reste plus grand chose de l'être qui a vécu, et qui est mort...il ne reste qu'un tas d'os recouvert de bandelettes de tissu...donnant des frissons.

Nous ne sommes que de passage sur Terre, un voyage, avec de bonnes et de mauvaises rencontres, des succès et des échecs, un apprentissage continu...

Et quand vient l'heure de partir, il faut partir serein, ne pas se soucier du sort de son squelette, ni de ses organes (il serait d'ailleurs bien d'en faire don à ceux qui en auront encore besoin. D'ailleurs, je suis pour, mais je ne sais pas comment faire pour le mentionner sur mes papiers d'identité...).

Hommage, compassion et espoir

La lettre, dernière preuve de vie, d'Ingrid Bétancourt est touchante.

Alors, en hommage à son courage (je ne sais pas si je supporterai d'être otage dans la jungle si longtemps, comme elle...), espérant qu'elle retrouvera très vite sa liberté, je publie sa lettre sur mon blog.





«C’est un moment très dur pour moi. Ils demandent des preuves de vie brusquement et je t’écris mon âme tendue sur ce papier. Je vais mal physiquement. Je ne me suis pas réalimenté, j’ai l’appétit bloqué, les cheveux me tombent en grandes quantités. Je n’ai envie de rien. Je crois que c’est la seule chose de bien, je n’ai envie de rien car ici, dans cette jungle, l’unique réponse à tout est « non ». Il vaut mieux donc, n’avoir envie de rien pour demeurer au moins libre de désirs. Cela fait 3 ans que je demande un dictionnaire encyclopédique pour lire quelque chose, apprendre quelque chose, maintenir vive la curiosité intellectuelle. Je continue à espérer qu’au moins par compassion, ils m’en procureront un, mais il vaut mieux ne pas y penser. Chaque chose est un miracle, même t’entendre chaque matin car la radio que j’ai est très vieille et abîmée. Je veux te demander, Mamita Linda, que tu dises aux enfants qu’ils m’envoient trois messages hebdomadaires (...). Rien de transcendant si ce n’est ce qui leur viendra à l’esprit et ce qu’ils auront envie d’écrire (…). Je n’ai besoin de rien de plus mais j’ai besoin d’être en contact avec eux. C’est l’unique information vitale, transcendante, indispensable, le reste ne m’importe plus(…). Comme je te disais, la vie ici n’est pas la vie, c’est un gaspillage lugubre de temps. Je vis ou survis dans un hamac tendu entre deux piquets, recouvert d’une moustiquaire et avec une tente au dessus, qui fait office de toit et me permet de penser que j’ai une maison. J’ai une tablette où je mets mes affaires, c’est-à-dire mon sac à dos avec mes vêtements et la Bible qui est mon unique luxe. Tout est prêt pour que je parte en courrant. Ici rien n’est à soi, rien ne dure, l’incertitude et la précarité sont l’unique constante. A chaque instant, ils peuvent donner l’ordre de tout ranger [pour partir] et chacun doit dormir dans n’importe quel renfoncement, étendu n’importe où, comme n’importe quel animal (…). Mes mains suent et j’ai l’esprit embrumé, je finis par faire les choses deux fois plus doucement qu’à la normale. Les marches sont un calvaire car mon équipement est très lourd et je ne le supporte pas. Mais tout est stressant, je perds mes affaires ou ils me le prennent, comme le jeans que Mélanie m’avait offert pour Noël, que je portais quand ils m’ont pris. L’unique chose que j’ai pu garder est la veste, cela a été une bénédiction, car les nuits sont gelées et je n’ai eu rien de plus pour me couvrir. Avant, je profitais de chaque bain dans le fleuve. Comme je suis la seule femme du groupe, je dois y aller presque totalement vêtue : short, chemise, bottes. Avant j’aimais nager dans le fleuve mais maintenant je n’ai même plus le souffle pour. Je suis faible, je ressemble à un chat face à l’eau. Moi qui aimais tant l’eau, je ne me reconnais pas. (…) Mais depuis qu’ils ont séparé les groupes, je n’ai pas eu l’intérêt ni l’énergie de faire quoi que ce soit. Je fais un peu d’étirements car le stress me bloque le cou et cela me fait très mal. Avec les exercices d’étirement, le split et autres, je parviens à détendre un peu mon cou. (...) Je fais en sorte de rester silencieuse, je parle le moins possible pour éviter les problèmes. La présence d’une femme au milieu de tant de prisonniers masculins qui sont dans cette situation depuis 8 à 10 ans, est un problème (…).Lors des inspections, ils nous privent de ce que nous chérissons le plus. Une lettre de toi qui m’était arrivée, m’a été prise après la dernière preuve de survie, en 2003. Les dessins d’Anastasia et Stanislas [neveux d’Ingrid], les photos de Mélanie et Lorenzo, le scapulaire de mon papa, un programme de gouvernement en 190 points, ils m’ont tout pris. Chaque jour, il me reste moins de moi-même. Certains détails t’ont été racontés par Pinchao. Tout est dur. Il est important que je dédie ces lignes à ces êtres qui sont mon oxygène, ma vie. A ceux qui me maintiennent la tête hors de l’eau, qui ne me laissent pas couler dans l’oubli, le néant et le désespoir. Ce sont toi, mes enfants, Astrid et mes petits garçons, Fab [Fabrice Delloye], Tata Nancy et Juanqui [Juan Carlos, son mari]. Chaque jour, je suis en communication avec Dieu, Jésus et la Vierge (...). Ici, tout a deux visages, la joie vient puis la douleur. La joie est triste. L’amour apaise et ouvre de nouvelles blessures... c’est vivre et mourir à nouveau.Pendant des années, je n’ai pas pu penser aux enfants et la douleur de la mort de mon papa accaparait toute la capacité de résistance. Je pleurais en pensant à eux, je me sentais asphyxiée, sans pouvoir respirer. En moi, je me disais : « Fab est là, il veille à tout, il ne faut pas y penser ni même penser ». Je suis presque devenue folle avec la mort de mon papa. Je n’ai jamais su comme cela s’est passé, qui était là, s’il m’a laissé un message, une lettre, une bénédiction. Mais ce qui a soulagé mon tourment, a été de pensé qu’il est parti confiant en Dieu et que là-bas, je le retrouvera pour le prendre dans mes bras. Je suis certaine de cela. Te sentir a été ma force. Je n’ai pas vu de messages jusqu’à ce qu’il me mette dans le groupe de [l’otage] Lucho, Luis Eladio Pérez, le 22 août 2003. Nous avons été de très bons amis, nous avons été séparés en août. Mais durant ce temps, il a été mon soutien, mon écuyer, mon frère (…). J’ai en mémoire l’âge de chacun de mes enfants. A chaque anniversaire, je leur chante le « Happy Birthday ». Je demande à ce qu’ils me laissent faire une gâteau. Mais depuis trois ans, à chaque fois que je le demande, la réponse est non. Ca m’est égal, s’ils amènent un biscuit ou une soupe quelconque de riz et de haricot, ce qui est habituel, je me figure que c’est un gâteau et je leur célèbre dans mon cœur, leur anniversaire. A ma Melelinga [Mélanie], mon soleil de printemps, ma princesse de la constellation du cygne, à elle que j’aime tant, je veux te dire que je suis la maman la plus fière de cette terre (…). Et si je devais mourir aujourd’hui, je partirais satisfaite de la vie, en remerciant Dieu pour mes enfants. Je suis heureuse pour ton master à New York. C’est exactement ce que je t’aurais conseillé. Mais attention, il est très important que tu fasses ton DOCTORAT. Dans le monde actuel, même pour respirer, il faut des lettres de soutien (...). Je ne vais pas même me fatiguer à insister auprès de Loli [Lorenzo] et Méla qu’ils n’abandonnent pas avant d’avoir leur doctorat. J’aimerais que Méla me le promette. (...) Mélanie, je t’ai toujours dit que tu étais la meilleure, bien meilleure que moi, une sorte de meilleure version de ce que j’aurais voulu être. C’est pourquoi, avec l’expérience que j’ai accumulé dans ma vie et dans la perspective que donne le monde vu à distance, je te demande, mon amour, que tu te prépares à arriver au sommet. A mon Lorenzo, mon Loli Pop, mon ange de lumière, mon roi des eaux bleues, mon chief musician qui me chante et m’enchante, au maître de mon coeur, je veux dire que depuis qu’il est né jusqu’à aujourd’hui, il a été ma source de joies. Tout ce qui vient de lui est du baume pour mon coeur, tout me réconforte, tout m’apaise, tout me donne plaisir et placidité (...). J’ai enfin pu entendre sa voix, plusieurs fois cette année. J’en ai tremblé d’émotion. C’est mon Loli, la voix de mon enfant, mais il y a déjà un autre homme sur cette voix d’enfant. Un enrouement d’homme-homme, comme celle de mon papa (…). L’autre jour, j’ai découpé une photo dans un journal arrivé par hasard. C’est une propagande pour un parfum de Carolina Herrera « 212 Sexy men ». On y voit un jeune homme et je me suis dit : mon Lorenzo doit être comme ça. Et je l’ai gardé. La vie est devant eux, qu’ils cherchent à arriver le plus haut. Etudier est grandir : non seulement par ce qu’on apprend intellectuellement, mais aussi par l’expérience humaine, les proches qui alimentent émotionnellement pour avoir chaque jour un plus grand contrôle sur soi, et spirituellement pour modeler un plus grand caractère de service d’autrui, où l’ego se réduit à su plus minime expression et où on grandit en humilité et force morale. L’un va avec l’autre. C’est cela vivre, grandir pour servir (…). A mon Sébastien [fils du premier mariage de Fabrice Delloye], mon petit prince des voyages astraux et ancestraux. J’ai tant à te dire ! Premièrement, que je ne veux pas partir de ce monde sans qu’il n’ait la connaissance, la certitude et la confirmation que ce ne sont pas deux, mais trois enfants d’âme, que j’ai (…). Mais avec lui, je devrais dénouer des années de silence qui me pèsent trop depuis la prise d’otage. J’ai décidé que ma couleur favorite était le bleu de ses yeux (…). Si je venais à ne pas sortir d’ici, je te l’écris pour que tu le gardes dans ton âme, mon Babon adoré, et pour que tu comprennes, ce que j’ai compris quand ton frère et ta sœur sont nés : je t’ai toujours aimé comme le fils que tu es et que Dieu m’a donné. Le reste ne sont que des formalités.(…) Je sais que Fab a beaucoup souffert à cause de moi. Mais que sa souffrance soit soulagée en sachant qu’il a été la source de paix pour moi. (…) Dis à Fab que sur lui, je m’appuis, sur ses épaules, je pleure, qu’il est mon soutien pour continuer à sourire de tristesse, que son amour me rend forte. Parce qu’il fait face aux nécessités de mes enfants, je peux cesser de respirer sans que la vie ne me fasse tant mal. (…) A mon Astrica, tant de choses que je ne sais par où commencer. Tout d’abord, lui dire que « sa feuille de vie » m’a sauvé pendant la première année de prise d’otage, pendant l’année de deuil de mon papa (…). J’ai besoin de parler avec elle de tous ces moments, de la prendre dans mes bras et de pleurer jusqu’à ce que se tarisse le puits de larmes que j’ai dans mon cœur. Dans tout ce que je fais dans la journée, elle est en référence. Je pense toujours, « ça, je le faisais avec Astrid quand nous étions enfants » ou « ça, Astrid le faisait mieux que moi ». (…) Je l’ai entendu plusieurs fois à la radio. Je ressens beaucoup d’admiration pour son expression impeccable, pour la qualité de sa réflexion, pour la domination de ses émotions, pour l’élégance de ses sentiments. Je l’entends et je pense « Je veux être comme ça » (…). Je m’imagine comment vont Anastasia et Stanis. Combien cela m’a fait mal qu’ils me prennent leurs dessins. Le poème d’Anastasia disait « par un tour du sort, par un tour de magie ou par un tour de Dieu, en trois années ou trois jours, tu seras de retour parmi nous ». Le dessin de Stanis était un sauvetage en hélicoptère, moi endormie et lui en sauveur. Mamita, il y a tant de personnes que je veux remercier de se souvenir de nous, de ne pas nous avoir abandonné.Pendant longtemps, nous avons été comme les lépreux qui enlaidissaient le bal. Nous, les séquestrés, ne sommes pas une thème « politiquement correct », cela sonne mieux de dire qu’il faut être fort face à la guérilla même s’il faut sacrifier des vies humaines. Face à cela, le silence. Seul le temps peut ouvrir les consciences et élever les esprits. Je pense à la grandeur des Etats-Unis, par exemple. Cette grandeur n’est pas le fruit de la richesse en terres, matières premières, etc, mais plutôt le fruit de la grandeur d’âme des leaders qui ont modelé la Nation. Quand Lincoln a défendu le droit à la vie et à la liberté des esclaves noirs en Amérique, il a aussi affronté beaucoup de Floridas et Praderas [municipalités demandées par les FARC pour la zone démilitarisée]. Beaucoup d’intérêts économiques et politiques qui considéraient être supérieurs à la vie et à la liberté d’une poignée de noirs. Mais Lincoln a gagné et il reste imprimé sur le collectif de cette nation, la priorité de la vie de l’être humain sur quelque autre type d’intérêt. En Colombie, nous devons encore penser à notre origine, à qui nous sommes et où nous voulons aller. Moi, j’aspire à ce qu’un jour, nous ayons la soif de grandeur qui fait surgir les peuples du néant pour atteindre le soleil. Quand nous ne serons inconditionnels face à la défense de la vie et de la liberté des nôtres, c’est-à-dire, quand nous serons moins individualistes et plus solidaires, moins indifférents et plus engagés, moins intolérants et plus compatissants. Alors, ce jour-là, nous serons la grande nation que nous voulons tous être. Cette grandeur est là endormie dans les cœurs. Mais les cœurs se sont endurcis et pèsent tant qu’ils ne nous permettent pas des sentiments élevés. Mais il y a beaucoup de personnes que je voudrais remercier car ils ont contribué à réveiller les esprits et à faire grandir la Colombie. Je ne peux pas tous les mentionner [elle cite alors l’ex président Lopez et « en général, tous les ex présidents libéraux », Hernan Echevarria, les familles des députés du Valle, Monseigneur Castro et le Père Echeverri].Mamita, hélas, ils viennent demander les lettres. Je ne vais pas pouvoir écrire tout ce que je veux. A Piedad et à Chavez, toute, toute mon affection et mon admiration. Nos vies sont là, dans leur cœur, que je sais grand et valeureux. [elle dédie alors un paragraphe de remerciements à Chavez, Alvaro Leyva, Lucho Garzon [ancien maire de Bogota] et Gustavo Petro, puis mentionne des journalistes]. Mon cœur appartient aussi à la France (…). Quand la nuit était la plus obscure, la France a été le phare. Quand il était mal vu de demander notre liberté, la France ne s’est pas tue. Quand ils ont accusé nos familles de faire du mal à la Colombie, la France les a soutenu et consolé. Je ne pourrais pas croire qu’il est possible de se libérer un jour d’ici, si je ne connaissais pas l’histoire de la France et de son peuple. J’ai demandé à Dieu qu’il me recouvre de la même force que celle avec laquelle la France a su supporter l’adversité, pour me sentir plus digne d’être comptée parmi ses enfants. J’aime la France de toute mon âme, les voix de mon être cherchent à se nourrir des composants de son caractère national, elle qui cherche toujours à se guider par principes et non par intérêts. J’aime la France avec mon cœur, car j’admire la capacité de mobilisation d’un peuple qui, comme disait Camus, sait que vivre, c’est s’engager. (…) Toutes ces années ont été terribles mais je ne crois pas que je pourrais être encore vivante sans l’engagement qu’ils nous ont apporté à nous tous qui ici, vivons comme des morts. (...) Je sais que ce que nous vivons est plein d’inconnues, mais l’histoire a ses temps propres de maturation et le président Sarkozy est sur le Méridien de l’Histoire. Avec le président Chavez, le président Bush et la solidarité de tout le continent, nous pourrions assister à un miracle. Durant plusieurs années, j’ai pensé que tant que j’étais vivante, tant que je continuerai à respirer, je dois continuer à héberger l’espoir. Je n’ai plus les mêmes forces, cela m’est très difficile de continuer à croire, mais je voudrais qu’ils ressentent que ce qu’ils ont faire pour nous, fait la différence. Nous nous sommes sentis des êtres humains (...). Mamita, j’aurais plus de choses à dire. T’expliquer que cela fait longtemps que je n’ai pas de nouvelles de Clara et de son bébé (…).Bon, Mamita, que Dieu nous vienne en aide, nous guide, nous donne la patience et nous recouvre. Pour toujours et à jamais

mercredi 28 novembre 2007

"Dile que si"

Le couple est en position ouverte, les deux dansent en miroir1-2-3 : les deux font un pas salsa (Garçon) pied gauche en arrière, (Fille) pied droit en arrière4-5-6 : les deux font un pas mambo et se touchent les mains en exerçant une pression(gauche pour (Fille) et droite pour (Garçon)).


On s'en mêle les pinceaux au début...

"Dile que si" veut dire: "Dis lui oui" en espagnol.

Les trois singes de la sagesse

J'ai changé de bureau au travail: je partage mon nouveau bureau avec Afef, une nouvelle recrue, assez sympathique.
Seule ombre au tableau: notre bureau est juste en face de celui de notre chef. Cela n'aurait pas posé de problème s'il ne surveillait pas toutes nos allées et venues, et celles de nos collègues qui viennent nous rendre visite..
Un coup c'est Walid, un coup c'est Zied, ensuite c'est au tour de Chédi, puis Imed...
Il nous a convoqué toutes les deux et nous a demandé des explications sur ces visites répétitives.."Bah, nos collègues passent nous dire bonjour quand ils prennent une pause.."
"Dorénavant, ne laissez plus personne venir vous déconcentrer!! Je vous ai à l'oeil!!"

Humm...c'était d'ailleurs le but de la manoeuvre: nous changer de bureau pour nous avoir à l'oeil..

Ce matin, je n'ai pas résisté à l'envie d'accrocher la photo des 3 singes de la sagesse sur la porte de notre bureau, histoire de dire qu'on nous interdit tout échange dans cette putain de boîte!!

Scientifiquement parlant, il est conseillé de prendre 10 min de pause toutes les heures de travail.
C'est d'ailleurs comme ça que travaillent tous les Call Center par exemple.

La concentration favorise l’utilisation de la mémoire et des mécanismes de réflexion. Son rôle consiste à bloquer l’arrivée à votre conscience de toute stimulation qui pourrait nuire à l’utilisation des mécanismes mentaux ou de réflexion.
L’effort de concentration variera selon la difficulté de la tâche, la réflexion qu’elle vous demande ou tout simplement la durée de la concentration exigée. L’effort de concentration produit de la fatigue après un certain moment. Votre durée de concentration dépend de la quantité d’énergie mentale sur laquelle vous pouvez compter. De façon générale, 10 minutes de pause sont nécessaires pour chaque heure de travail intellectuel.


Facteurs favorables à la concentration
> L’entraînement antérieur
> La familiarité de la tâche
> L’environnement
Causes des problèmes de concentration
> La fatigue
> Les problèmes personnels
> Le stress (l’anticipation de l’échec)
> Le manque d’intérêt pour la matière


Alors après avoir interdit de fumer dans les bureaux (ce qui est une bonne chose), instauré un nouveau réglement intérieur pour les retards, interdit tout échange pendant les heures de travail, chamboulé les bureaux...quelle sera la prochaine réforme de notre nouveau chef??
Mystère.

vendredi 23 novembre 2007

PERSEPOLIS

C'est l'histoire de Marjane, une petite iranienne de huit ans, qui vit la révolution de 1979 qui a provoqué la chute du régime du Chah.
L'instauration de la République islamique change le quotidien des iraniens: contrôle des tenues et du comportement, répression...
Marjane qui doit porter le voile, se rêve désormais en révolutionnaire.

1980, Saddam attaque l'Iran: bombardements, privations, et disparitions de proches.

Marjane est envoyée par ses parents à Vienne où elle fera ses études, découvrira la culture européenne, les garçons, le lycée, le rock...commençera par nier ses origines pour essayer de s'intégrer, mais finira par se rendre à l'évidence: elle est loin de ressembler à une européenne, et dès qu'il y a le moindre vol ou perte, c'est elle qu'on soupçonnera en premier...

Retour en Iran, retrouvailles avec les siens, et retour à la réalité locale: tabous, interdits, répression...

Elle tombe amoureuse, et se marie. Mais au bout d'un an se rend compte qu'elle ne partage plus rien avec son mari.
Après hésitation, elle décide de divorcer, puis retourne en Europe, cette fois à Paris, pour ne plus revenir.

Un récit autobiographique à la fois tragique et plein d'humour, sous la forme d'un dessin animé.

Les plus paranos y verront un film de propagande européenne, faussant l'image des iraniens, et dressant un tableau noir de leur quotidien et de leur révolution.

Pour ma part, j'ai passé un bon moment.
Et je pense que les iraniennes militent certes pour améliorer leurs conditions de vie, pour avoir leur place dans les secteurs politiques, économiques, sociaux et culturels de la société, mais je préfère de loin vivre en Tunisie plutôt qu'en Iran...

Caliente!!

Ce soir, j'ai quitté mon bureau sur la pointe des pieds, comme un voleur, à 18h30, pour arriver à l'heure à mon premier cours de Salsa.

Ce soir j'ai fais mes premiers pas...de danse Salsa.
J'ai appris à faire les pas de base : Mambo, Cha Cha Cha et Salsa.

ça m'a fait du bien d'aller danser..après une longue et dure semaine..

Un peu de défoulement, c'est bien.

Dommage que Mohamed ne veuille pas partager ça avec moi.
Tant pis pour lui.

Une remarque que m'a faite un des profs de danse m'a interpellé: "Pourquoi est-ce que j'ai tendance à serrer la main de mon partenaire de danse?"
C'est peut être une forme de timidité, d'hésitation, dûe au fait que je n'en sois qu'à mes début..
Mais si j'essayais d'analyser plus en profondeur cette remarque, je dirai que c'est ptet parce que j'ai peur qu'on me quitte, qu'on m'abandonne..
D'ailleurs, dans toutes mes relations amoureuses, j'ai toujours fais en sorte de partir la première, même quand j'étais très amoureuse.

Ooooh je devrais arrêter de vouloir tout analyser...J'y suis allée pour me défouler, évacuer le stress de la semaine, alors inutile de cogiter trop longuement dessus...

Caramba!!

jeudi 22 novembre 2007

Un brin de nostalgie

"J'ai deux amours"

On dit qu'au delà des mers
Là-bas sous le ciel clair
Il existe une cité
Au séjour enchanté
Et sous les grands arbres noirs
Chaque soir
Vers elle s'en va tout mon espoir

J'ai deux amours
Mon pays et Paris
Par eux toujours
Mon cœur est ravi
Ma savane est belle
Mais à quoi bon le nier
Ce qui m'ensorcelle
C'est Paris, Paris tout entier
Le voir un jour
C'est mon rêve joli
J'ai deux amours
Mon pays et Paris

Quand sur la rive parfois
Au lointain j'aperçois
Un paquebot qui s'en va
Vers lui je tends les bras
Et le cœur battant d'émoi
A mi-voix
Doucement je dis "emporte-moi !"

J'ai deux amours....


Joséphine Baker.

Anna Kristina se met au noir



Le noir c'est l'une de mes couleurs préférées.


Le noir n'évoque pas pour moi le deuil, ni le malheur..mais la classe, la distinction.


Sur du noir, on peut voir la moindre miette, on n'a pas intérêt à avoir des pellicules, sur du noir tout est mis en relief..On ne peut pas tricher ..


Le moindre mot, le moindre caractère..prend de l'ampleur, de la valeur.





C'est pourquoi ce soir, j'ai décidé de me mettre au noir.

vendredi 16 novembre 2007

Baba Aziz ou le prince qui contemplait son âme

Que dire du long métrage "Baba Aziz" du réalisateur tunisien Naceur Khemir?
C'est un film universel, atemporel, fait par un tunisien.
On est loin des Hammams là...ça n'a rien à avoir.
Il est Universel parce que même un japonais peut comprendre le film. Pas besoin d'avoir vécu en tunisie, ni de connaître notre culture pour comprendre le message véhiculé par film.
Universel aussi parce que les acteurs sont turques ou pakistanais, tunisiens, marocains...un mixage de langues et de dialectes étonnant.

Il est atemporel parce que vous serez incapable de situer le film dans un contexte spacio-temporel.
Car il a été tourné en Iran, en Tunisie, au Maroc...etc, mais également parce que certains personnages sont habillés comme il y a des siècles, alors que d'autres sont en blouson jeans, casquettes..
Parce qu'au beau milieu du désert, surgiront tour à tour: un bus, puis une moto, puis plus loin dans le film, vous verrez un avion...
Enfin, atemporel parce que le message qu'il veut passer est atemporel, qu'il a été valable il y a des siècles, qu'il est et qu'il restera valable pour tous les temps.

Un dernier mot, sur l'esthétique du film cette fois: chaque plan est digne d'une carte postale.

Ce n'est donc pas un hasard si le film a obtenu le prix «Sabre d’or » du meilleur film arabe lors de la 4ème édition du festival cinématographique de Mascate (Sultanat d’Oman), organisée du 21 au 28 janvier 2006.
Le jury avait souligné l’aspect innovant de ce film et ses dimensions esthétiques, spirituelles et humanistes pour mieux communiquer avec soi et avec les autres.

Bravo!

jeudi 15 novembre 2007

Sidi 3arbi

Plus jamais je ne ferai d'heures supplémentaires GRATOS!!!
C'est décidé!
Car les connards pour lesquels je travaille ne le méritent pas.
Vous pouvez travailler jour et nuit, être consciencieux, bosseur...ils trouveront toujours le moyen de vous faire passer pour le dernier des nuls.
J'attends impatiemment le jour où je leur dirai MERDE!
Je suis vraiment énervée là...

mercredi 14 novembre 2007

Dicton africain



"Celui qui se lève tard ne voit pas le lézard bailler" :)


Kintanah.

mardi 13 novembre 2007

Zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz

Ces dernières 24h, j'ai passé 19h au boulot!! alors je vous dis pas à quel point je suis creuvée...
Après avoir regardé ces quelques séquences vidéos:

Commentaire: époustouflant!!

Commentaire: je ne suis pas fan de foot, mais ce footballeur force le respect (le futur Zidane serait tunisien?)

Commentaire: marrant.


.....je m'en vais m'installer bien tranquillement au lit, pour dormiiiiiiir.


lundi 12 novembre 2007

Qui est "Monsieur X"?

Je ne sais plus si je l'ai déjà dis, mais j'ai connu mon fiançé sur le net.
Et ce qui faisait qu'il sortait du lot, ce sont ses histoires marrantes sur les africains, leurs nombreux putschs, leurs dirigeants...etc.
Il m'a d'ailleurs sorti plusieurs proverbes africains du genre: "Celui qui traverse la rivière à contre-courant fait rire les crocodiles" ou encore: "Attends d'avoir traversé la rivière avant de te fâcher avec le crocodile"...et j'en passe...
Biensûr, c'était une très bonne stratégie que de me faire rire...Car c'était à moitié gagné.

Bref, dès nos premières sorties, il mettait souvent dans sa voiture des cassettes enregistrées contenant non pas des chansons...mais une émission de France Inter, "Rendez-vous avec Monsieur X", présentée par Patrick Pesnot, et dont l'invité est un mystérieux "Monsieur X"..

Patrick Pesnot, écrivain, journaliste, travaillait à la Bibliothèque de l'Arsenal quand X est venu s'asseoir à côté de lui et, mine de rien, a engagé la conversation… La suite, c'est cette aventure que vous propose France Inter. Une série d'entretiens sur des affaires du XXème siècle à nos jours, que vous connaissez tous… Mais X, lui, connaît les secrets que dissimulent ces dossiers. Et que l'Histoire, l'Histoire officielle, a curieusement passés sous silence. En somme, ce que X propose, c'est de révéler les dessous des cartes et de passer de l'autre côté du miroir… Comment X a-t-il pu pénétrer ces secrets ? Mystère. Ce que l'on sait seulement, c'est qu'il a beaucoup flirté avec les services spéciaux. Sans doute a-t-il aussi occupé des fonctions politiques, lesquelles ?…

Au premier abord, j'ai trouvé ça très original...mais en écoutant attentivement, j'ai trouvé cette émission très drôle.
Bien que les sujets qu'ils abordent (assassinats, coups d'état, complots...etc) ne soient pas si drôles que ça, que Monsieur X soit un ancien des services secrets français (donc un personnage très sérieux), il n'en demeure pas moins que les histoires qu'il relate sur les chefs de guerre puis d'Etat africains sont très marrantes.

Comment ne pas rire quand il raconte le putsch raté contre Léon M'Ba président du Gabon?
Ah, ces africains!

D'après Wikipedia, "L'identité de X reste mystérieuse. Patrick Pesnot affirme l'ignorer, mais il a tout de même donné avec parcimonie quelques détails. X serait un homme d'environ 80 ans, peut-être d'origine russe. Engagé très jeune dans la résistance, il aurait fait partie du SDECE et aurait même brièvement séjourné en prison à la fin des années 1940. Il serait en quelque sorte le porte-parole d'un "club" d'anciens des services désireux de raconter leur histoire. Autre hypothèse, moins romanesque: X serait en fait un acteur qui dit un texte rédigé par l'équipe de l'émission. Les deux thèses ne se contredisent d'ailleurs pas forcément: il est tout à fait possible que "Monsieur X" soit le moyen trouvé pour faire parler de manière indirecte un milieu où l'on est très attaché à l'anonymat."

Le mystère autour de Monsieur reste donc entier, et je pense que c'est bien mieux ainsi!

samedi 10 novembre 2007

Etude de texte

Au fait, pour ceux qui auraient eu des idées en lisant ces paroles de chanson, je voudrais préciser que l'auteur parle de sa guitare ;)
Tout l'art de ce texte réside dans le fait qu'il parle de sa guitare comme d'une femme..j'adooooore!

Mon passage préféré c'est:


Oui je joue
D’un sixième membre
A la forme
De tes hanches
Ventre à ventre
Elégante compagne


Le 6ème membre, c'est sa guitare: ses 4 membres étant ses bras et jambes, son 5ème étant sa zezette ;)

A la forme de tes hanches: la forme de la guitare rappelle celle des hanches d'une femme.

Ventre à ventre: quand il joue de la guitare, il l'a place contre son ventre...

Ajoutez à cela le champ lexical de la guitare et de la musique: clefs, cordes, arpège, son, amplis, Acoustique, électrique (pour guitare éléctrique).

Trop fort!

vendredi 9 novembre 2007

Mon coup de coeur de ce soir: "M"

"Qui de nous deux" de Mathieu Chedid


Bras de bois
Des clefs aux doigts
Des cordes pour tendons
Agite-nous
Agite-moi
Fais l’arpège
Sature le son

Qui de nous deux
Inspire l’autre

Oui je joue
D’un sixième membre
A la forme
De tes hanches
Ventre à ventre
Elégante compagne

Qui de nous deux
Inspire l’autre
Qui de nous deux
Speed l’autre
Speed l’autre
Caisse parfois
Pleine de doutes
Je te griffe
Te lacère
Des amplis chavirent
Souvent j’ai voulu
Te pendre à tes cordes
T’oublier
Aux objets trouvés

Qui de nous deux
Inspire l’autre

Qui de nous deux
Speed l’autre
Speed l’autre
Speed l’autre

Je t’appréhende
Je te garde
Je te pose
A mon cou
Issu à ma voix
Inspire moi
Enveloppe-nous
Enlace-moi

Qui de nous deux
Inspire l’autre

Qui de nous deux
Speed l’autre
Speed l’autre
Speed l’autre
Speed l’autre….

Stridence magnifique
Aux instants oniriques
Membre fictif
Acoustique
Féline électrique amie
Oh oui
Qui de nous deux
Inspire l’autre

Qui de nous deux
Speed l’autre
Speed l’autre

Qui de nous deux
Inspire l’autre
Qui de nous deux
Speed l’autre
Speed l’autre…

Pas sur la même longueur d'ondes



J'écoute deux stations de radio, comme la plupart des tunisiens, et je passe mon temps à zapper entre les deux selon les programmes et la musique.

Avant, nous n'avions guère le choix. Mais depuis quelques années, la RTCI n'a plus le monopole dans nos voitures.

D'ailleurs, l'arrivée de la Mosaique a fait dégringoler la part d'audiance de la RTCI de façon spectaculaire...

A-t-elle réagi me diriez-vous? A-t-elle revu ses programmes? Fait une étude de marché pour savoir ce que les auditeurs lui reprochent...? Nooooon.

J'écoute la radio pendant les 15 à 20 minutes de trajet qui séparent notre maison du lieu où je travaille.

Un jour, il y a quelques mois, j'ai demandé à un ami, jeune journaliste à la RTCI, pourquoi est-ce que tous les jours, peu avant 14h, c'est toujours la même playlist que j'écoute sur RTCI?!!!

Les mêmes chansons koll youm à la même heure!!!

Il m'a répondu qu'à cette là de la journée, il n'y avait pas d'animateur sur antenne et que l'ingénieur du son mettait une playlist pendant qu'il déjeunait...

mmmmm...stp, kollou inawa3 fel playlist mela.

Il est allé le lui dire, et pour être franche, il a fait l'effort de changer cette fameuse playlist qui m'a tapé sur les nerfs...

Une autre fois, j'ai dis à mon ami: "ah au fait, j'ai une autre remarque pour RTCI". Il m'a répondu: "Oui, laquelle?". Et moi de répondre: "Donia Echeouech, koulelha..." ..il m'interrompt: "Léééééééééé, hedhika ma ya7ki m3aha 7ad!".

Pourquoi? On dirait que j'ai commis un sacrilège.

Je voulais juste lui dire qu'elle aussi devrait faire l'effort de changer de jingle (qui date de je ne sais quand!!!), changer de playlist aussi (oui, car à chaque fois que je tombe sur elle, c'est les mêmes chansons: Bob Marley, Tiken Jah Fakoly avec son "Ils ont partagé le monde"...).

Pourquoi ne devrait-elle pas se remettre en question, elle?

Parce qu'elle s'appelle Donia Echeouech? et qu'elle est l'une des valeurs "sûres" de RTCI? un de ses dinosaures oui!!!

Ce n'est pas qu'à RTCI qu'on voit ça. Vous en trouverez dans la plupart des administrations tunisiennes, des entreprises...Ce sont ce qu'on appelle "Msamer Msadda" en tunisien.

jeudi 8 novembre 2007

"Chachiet hedha 3ala rass hedha"

Je viens de lire un article sur LeMonde.fr qui m'a interpelé: "L'épargne chinoise finance l'endettement des consommateurs et de l'Etat américains".

Etonnant, non?

D'après cet article: "Certains pays émergents, la Chine en tête, investissent massivement dans les bons du Trésor américain. En d'autres termes, la Chine finance une grande partie du déficit colossal de la première économie mondiale.


Pour le reste, elle investit désormais directement ses capitaux excédentaires dans le capital des sociétés occidentales. "D'où la création d'un fonds souverain chinois pour optimiser les placements du pays", indique Yves Zlotoswski, économiste à la Coface. Il a fait notamment parler de lui en prenant près de 10 % de Blackstone, l'un des principaux fonds d'investissement américain.
En 2007, l'excédent commercial de la République populaire devrait atteindre 220 milliards de dollars, alors que le déficit des Etats-Unis se creusera à 750 milliards.
Le déséquilibre des relations financières entre les deux économies ne manque pas d'inquiéter. "Nous sommes en présence d'une anomalie des épargnes dans ces deux pays", explique M. Artus. "La Chine épargne trop, car ses ménages mettent de côté pour compenser l'absence de protection sociale et ses entreprises, qui ne peuvent obtenir des prêts d'un système bancaire bloqué, aussi", ajoute le chef économiste de Natixis.
En revanche, aux Etats-Unis, les particuliers comme l'Etat fédéral sont habitués à vivre à crédit et n'épargnent pas assez. "Les Américains vivent très largement au-dessus de leurs moyens", insiste M. Plihon. Outre-Atlantique, l'afflux des devises en provenance de Chine ou du Golfe contribue à maintenir les taux d'intérêt à des niveaux très bas, ce qui n'encourage pas l'épargne."


Ils sont forts ces chinois.
Je pense que c'est également culturel.

Les chinois sont travailleurs certes, mais également prudents, économes, sages, du fait de leur passé, de leur culture.

Ce n'est que depuis quelques décennies que les chinois ont découvert les voyages, les loisirs...alors forcément, les postes de dépenses n'étant pas nombreux, il épargne beaucoup.

Et puis, le chinois accorde plus d'importance à la spiritualité..enfin..c'est l'idée qu'on a en général des chinois.

Mais je pense que la tendance va s'inverser d'ici quelques années car:
« Les jeunes Chinois désirent ardemment avoir beaucoup d’argent pour acheter tout qu’ils découvrent par Internet. Ils ne cessent de changer de téléphones mobiles pour adopter les nouveaux modèles et de télécharger les nouveaux messages et les nouvelles sonneries qui se trouvent aux premiers rangs du palmarès. Ils dînent dans des restaurants de luxe et portent des vêtements de marque, car tout cela est le symbole de la mode, de la personnalité et de la richesse », dit le directeur général de MTV Asie.

La société chinoise est sur le point de devenir une société de consommation.

Peuple de paradoxes

J'essaye depuis ce matin de m'expliquer comment le même homme peut-il faire preuve de serviabilité puis de manque de civisme, en l'espace de 15 minutes!
Cette prouesse ne peut être que l'oeuvre d'un tunisien.
Ce matin, je me suis réveillée à la bourre et comme si ça ne suffisait pas, il me fallait sortir la voiture de mon père avant de pouvoir sortir la mienne du garage...
Et biensûr, il fallait que sa voiture tombe en panne aujourd'hui! Impossible de la démarrer...je l'ai aidé à la pousser pour la sortir du garage, mais toujours rien...

Une voiture s'arrête devant la maison, et un homme accoure pour aider mon père à pousser la voiture... Mon sauveur!!
Wallahi ya3tih essa7a.


Je prends ma voiture et pars illico presto au travail.
En route, je vois devant moi une Partner qui n'arrête pas de faire des têtes-à-queues, de doubler à droite, de harceler les voitures à coups de phare et de klaxons...bref, un vrai danger public.

Au feu rouge, je me retrouve au même niveau que la Partner, et qu'est-ce que je vois? Mon sauveur de tout à l'heure s'est transformé en chauffard!!

Soit il était à la bourre comme moi, et le fait de s'arrêter pour aider mon père l'a mis encore plus en retard..dans ce cas, ech lazzou?
Soit on lui a inculqué la serviabilité, mais il a eu son permis dans un Kinder. ----->
...
Bref, dans tous les cas, quel paradoxe.

Un dicton chinois dit: "Pour cultiver des arbres, vous avez besoin de dix ans. Pour cultiver des personnes, vous avez besoin de cent ans."

mercredi 7 novembre 2007

J'ai "fléchi", je "fléchie" et je "fléchierai" encore

Je viens de lire le dernier message d'un blog ami, où l'auteur se jure de ne plus "fléchir" et de ne plus essayer de tomber amoureux...Pourquoi? Tomber amoureux n'est pas une faiblesse.
"Lâche-toi, laisse-toi aller, vis le présent comme il se présente, et n'essaye pas de tout contrôler, encore moins tes sentiments!"

Et je me suis souvenu que dans mon entourage je connais plusieurs personnes qui affirment n'être jamais tombé amoureux...qui ne savent pas à quoi reconnaître qu'on est vraiment amoureux..

Pourquoi?

Je pense que c'est d'abord dû aux nombreuses, très nombreuses rencontres..on se lasse, on finit par croire que toutes les filles (ou femmes) sont pareilles (c'est valable dans l'autre sens aussi) ..

On s'habitue à l'excitation du début, au mystère d'une personne qu'on vient de rencontrer...Mais dès qu'on s'aperçoit que cette personne qu'on avait idéalisé au départ, qu'on avait pris pour LA femme de sa vie (ou L'homme de sa vie) est une personne ordinaire, avec ses défauts, ses manies, ses complexes, (comme tout le monde quoi)...alors là...c'est la déception, la désillusion..

et on ne cherche plus à en savoir plus. Au suivant!

Qui a dit que l'âme soeur devait être une personne parfaite? C'est dans les contes de fée que ça se passe comme ça!!

L'âme soeur c'est celle qui:

- saura s'adapter le mieux à vos propres défauts: réagir avec calme si vous être qq'un de nerveux, être rassurante et stimulante si vous manquez de confiance en vous, ou être entreprenante si vous êtes passif...etc;

- et c'est celle dont vous vous accomoderez le mieux des défauts: il ou elle est plutôt dépensièr(e) et insouciant(e) alors que pour vous, l'argent c'est la sécurité..vous apprenez alors à vous modérer, à vous lâcher un peu, ne plus être pessimiste pour le futur...et voir ce défaut comme de la générosité et non plus comme de l'insouciance..etc.

C'est comme ça que ça marche.

Et puis, autre chose: je ne crois pas du tout au "Love at first sight".

Car, at first sight, vous aurez jugé la personne sur son physique, et c'est pas du tout suffisant. Généralement, si vous regardez de plus près, vous tombez vite dans le chapitre premier de ce message (déception, désillusion...).

Alors mieux vaut prendre son temps, commencer par connaitre les gens en tant qu'ami(e)s..découvrir qui ils(elles) sont..et laisser faire les choses.
Regardez autour de vous! Votre amie qui vous aura écouté vous plaindre des filles et de vos déceptions, pendant des années, et qui vous aura remonté le moral maintes fois, sans que vous ne l'ayez jamais regardé autrement qu'en tant qu'amie...c'est ptet elle, LA femme de votre vie!

Bref, c'était ma vision des choses. Je ne me considère pas comme un exemple à suivre...oh que non, moi aussi j'ai fais des conneries (et j'en ferai probablement encore..), j'ai eu mon lot de déceptions.."Tkarbest... ou komt...ouel hamdoulah" et contrairement à ce que je croyais il y a qq temps, si jamais ça devait m'arriver de nouveau, "most3adda nzid netkarbes ou taw nkoum marra okhra...".

Le coup qui ne me tue pas me rend plus fort! C'est ça, la vie.

A+

dimanche 4 novembre 2007

Winou ton compteur Anna Kristina?

Ah oui...le compteur est tout en haut de la page, à gauche.
Il est simple et tout petit...mais ce n'est qu'un début...
;)

Tschüss!!!

L'informatique c'est magique!

Ce soir, je viens d'insérer un compteur de visites sur mon blog avec l'aide de mon collègue et ami Walid.
Merci Walid.

J'avais téléchargé AdobeDreamWeaver et un cours de HTML pour essayer de comprendre comment faire...
Mais finalement c'est beaucoup plus simple que je ne l'avais imaginé, il suffit de trouver le bon script, et de savoir où l'insérer.

Je commence à trouver très intéressante la tenue d'un blog... Un bon moyen de joindre l'utile à l'agréable.
Et ce n'est qu'un début!

Allez bonne nuit!

jeudi 1 novembre 2007

Montre moi ton blog, je te dirai qui tu es

@ elgreco:Merci, c'est gentil. Ton blog est très intéressant aussi, c'est pas du tout dans le même genre que le mien, mais il est passionnant.

Mon blog est plutôt fleur bleue, et ...à vrai dire, un peu égocentrique sur les bords :) faut dire ce qui est...
Mais je pense que c'est une des caractéristiques des blogs féminins en général...Les femmes sont plus sentimentales, fleur bleue...elles parlent des relations hommes-femmes, de la société...

Quant aux hommes, généralement, s'ils tiennent un blog, c'est pour militer pour une cause, exprimer une opinion, ou leur colère...histoire de tenter de refaire le monde...ou encore pour relater leurs exploits (voyages, conquêtes féminines...).

Mais bon, j'ai ptet tort de stéréotyper et généraliser les choses de cette façon.
Il y a des femmes engagées, (moins égocentriques que moi :) ) comme il y a des hommes dont la sensibilité est d'autant plus touchante qu'ils arrivent, pour certains, à parler des femmes mieux que les femmes elles mêmes..et cela ne réduit en rien leur virilité.

Partant de cette constatation (le fait que mon blog soit plutôt égocentrique), et de l'hypothèse selon laquelle un blog reflète la personnalité de son auteur, je me pose la question suivante: quelle est ma passion dans la vie? A quoi est-ce que je m'intéresse, en dehors du travail et de moi-même?
...Aaie, Aie, Aie, eh bien, euuh...
J'aime les voyages, mais vous me direz tout le monde aime les voyages, reste à en avoir les moyens, le temps et l'occasion...donc, rien d'original jusque là...
euuuh, je ne suis pas du tout cinéphile, je m'endors devant la télé au bout d'un quart d'heure maxi..
J'adore la musique, j'ai l'oreille musicale, j'ai fait une ou deux années de solfège mais j'ai arrêté, je jouais de l'orgue, mais de façon autodidacte. D'ailleurs, on m'a amené un prof à la maison, mais je l'ai vite largué, car je supportais pas qu'il me dicte comment faire.."Ena na3zef bel kif, mouch bel marj..Tayerli kifi, tayertou! :)))"
J'entendais un air qui me plaisais, j'allais m'enfermer dans ma chambre pour le reproduire, avec une seule main certes, mais je m'enfoutais, c'était mon kif et c'est tout!
J'ai fais aussi de la natation étant jeune, de l'âge de 7 à 9 ans.
Il paraît que j'étais douée, et que je m'attachais tellement à mes entraîneurs, que le jour où on m'a dit de changer de piscine (de celle des enfants vers celle des adultes), j'ai piqué une crise, j'ai pas voulu quitter mon entraîneur..idem à l'école, chaque année, c'était pour moi une déchirure que de changer de prof..
Une fois arrivée au niveau des compétitions, j'ai arrêté la natation: primo, mon corps allait être façonné comme une athlète de natation (pas très féminin) et secondo, on a déménagé, et on s'est éloigné de la piscine d'El Menzah...
Oui bon..ce sont ptet des excuses..j'aurai ptet dû continuer..coûte que coûte..mais bon..
J'ai toujours été studieuse, à l'école, au lycée, un peu moins à la fac...mais dès que je quittais mes livres, je me ruais sur la télé ou sur internet..ou je sortais avec mes copines, mon Jules de l'époque du lycée (Emir)..puis mon fiançé, puis mon mari (pendant 3 mois, ey... tayerheli, tayertou 7atta hedheka :) )..
Je dois sûrement vous paraître comme une enfant gâtée, qui envoit les gens balader dès qu'elle n'obtient pas ce qu'elle veut...mais je vous assure que non. C'est juste histoire de tourner à la dérision mes échecs..mes déceptions..

Et puis, à défaut de savoir ce que je voulais, je savais au moins ce que je ne voulais pas. Et c'est déjà ça.
Aujourd'hui, j'ai changé, et j'essaye de changer, un peu plus chaque jour.

Aujourd'hui, après une dure journée de travail (je suis rentrée à 21h30 du boulot!), je pense qu'il est temps pour moi d'aller faire dodo, de cogiter à propos de tout ça dans mon lit (au moins pendant les 10 minutes, le temps que je m'endorme).
Je me découvrirai ptet une passion en rêvant..

A+

lundi 29 octobre 2007

Coucou!

Un coucou à mes collègues qui viennent de trouver mon blog, en utilisant les bons mots clés ;)...il faut dire que je n'arrête pas de parler...
Bref, je compte sur eux pour ne pas diffuser le lien...car j'aimerai pouvoir continuer à écrire, sans biais..enfin...je vais essayer..

Allez à +

dimanche 28 octobre 2007

Hammam à El Menzah 5

Dimanche, 11h du matin, je reçois un sms fort sympathique de la part de mon amie d'enfance Sonia : "Salut, l'esthéticienne Foulena 3amla offre :Bain de vapeur+gommage+Brushing+coupe de cheveux à 25 Dinars.ça te dit?"
mmm ouiiii ça fait des semaines que je veux aller au Hammam mais dès qu'arrive le weekend je ne trouve plus le temps: entre les programmes de sortie avec Mohamed, la visite hebdomadaire chez ma nouvelle belle famille...
Alors oui, ça me tente. Mohamed est de garde aujourd'hui, y a pas de ménage à faire à la maison...et puis, j'avais en tête de proposer à Sonia de sortir boire un café, histoire de l'aider à oublier sa récente séparation avec son fiançé...
Mes parents sortent faire des courses à Carrefour, ma soeur et moi préparons le déjeuner...je prépare mon sac et je rejoinds Sonia à El Menzah 5.
Bon, un hammam à El Menzah 5...j'attends de voir ce que c'est avant de juger...

A l'entrée, c'est un salon de coiffure ordinaire, un zeste mieux décoré que la moyenne, on se présente, on avait réservé pour 2 personnes...
Un acceuil sympathique.
On nous conduit vers les vestiaires, une pièce avec des canapés tout autour, sorte de bancs très confortables, pleins de coussins douillés, une table en verre avec un support en ferre forgé, un tapis en laine, un beau vase posé sur une étagère..une déco entre tradition et modernisme...un Hammam mais à El Menzah5, faut surtout pas l'oublier!
On nous apporte les tongs, et on nous invite à nous déshabiller pour prendre le bain de vapeur...
Nous entrons Sonia et moi en maillots 2 pièces, dans la première pièce du Hammam, il fait chaud, humide. Les murs et le sol sont couverts de faience de qualité, tout est propre, bien rangé, nickel.
Nous traversons une 2ème pièce, un peu plus chaude, pour arriver à la 3ème et dernière pièce du Hammam: "Bit Eskhoun" comme on dit chez nous...Là, il fait vraiment très chaud, on transpire au bout de 5 secondes, le genre de pièce dans lequel il ne faut pas trop s'attarder, pas plus que 10 à 15 minutes..
La pièce est plus belle que les autres: une faience plus garnie, une fontaine d'eau chaude au centre, sous forme d'une statue de marbre, un ange tenant une jarre renversée, d'où sort l'eau bouillonnante..
On échange quelques impressions sur de la déco des lieux..Pour Sonia, c'est la 1ère fois de sa vie qu'elle met les pieds dans un Hammam.
Quant à moi, je n'y vais pas tout le temps, mais j'y suis allée maintes fois avec ma mère et ma soeur..mais c'était des Hammam à 2 Dinars par personne à tout casser! et t'as droit au gommage dispensé par une ("Harza") : une femme de 100 Kilos, un mastodonte de graisse, les nichons à l'air, (et quels nichons!)...souvent pressée, qui s'acharne sur toi, en réduisant tous tes membres en miettes, un gommage musclé, garant de propreté...

Au bout des 15 minutes, on vient nous chercher, avec le sourire. Deux "Harza", eh oui, pour 25 Dinars, on ne lésine pas sur l'effectif..Je disais donc, deux jeunes femmes, en maillot de bain et short, légèrement maquillées, des "Harza" de luxe...

On nous installe sur le bord pour nous faire le gommage: du savon de marseille pour commencer (et oui, on retrouve les astuces des Hammam traditionnels, les astuces de nos grands-mères: un coup de savon de marseille pour un gommage efficace).

Le gommage n'est ni trop musclé, ni trop superficiel, juste assez pour faire peau neuve. Et toujours avec le sourire..

Il comme à faire trop chaud, une fois le gommage terminé, on s'empresse de se laver les cheveux, de passer du gel douche et de sortir.

Retour aux vestiaires, si on peut appeler ça des vestiaires..
On papote un peu, le temps de sécher. On s'habille et on rejoind le salon de coiffure pour une coupe de cheveux et un brushing...

Bon la coupe de cheveux est moyenne, et le brushing pas terrible. Je préfère mon coiffeur habituel. D'ailleurs, je ne sais pas pourquoi les hommes sont de loin plus doués que les femmes en matière de coiffure..
J'en ai essayé une bonne dizaine, et c'est à chaque fois la même constatation: une coupe de cheveux faite par une coiffeuse, si elle n'est pas catastrophique, elle est juste ordinaire, correcte, sans mèches qui dépassent par ci ou par là...
Mais une coupe de cheveux faite par un coiffeur...elle est au pire des cas ordinaire, mais souvent réussie, géniale..avec une touche de style, ou de fantaisie, un brin odacieuse, ou carrément ultra sexy..
Je pense que c'est parce que le coiffeur essaye de reproduire sur ses clientes les préférences des hommes..il lui fait une coupe que la plupart des hommes trouvent féminine, sexy, classe..
Alors qu'une coiffeuse, elle, inconsiamment, n'a peut être pas envie de faire de vous une rivale potentielle. C'est en tout cas le sentiment que j'ai..

Bref, pour conclure, cette escapade dans un Hammam à El Menzah aura été mitigée. Pour 25 Dinars, j'ai apprécié le calme, la propreté et l'acceuil, mais moyennement aimé la coupe et le brushing..

C'est peut être pour cette raison que le salon était complètement désert ce dimanche après midi.. Rien que pour Sonia et moi..
C'est sûrement parce qu'en terme d'avantage concurrentiel (là c'est l'ex IHEC qui parle), le salon doit faire un effort:
Les salons de coiffure c'est pas ça qui manque, il y en a dans tous les quartiers et à des tarifs allant de 4 à 8 Dinars le brushing et 10 à 15 Dinars la coupe, selon le standing..
Les Hammams aussi c'est pas ça qui manque en Tunisie, et pour beaucoup moins que 25 Dinars...Avec certes moins de confort, mais qui remplissent leur contrat: une propreté de loin meilleure qu'une simple douche à la maison, à un prix imbattable (2 Dinars environ)...

Il faudrait donc que les coiffeuses soient assez douées pour séduire la clientèle à la sortie du Hammam et l'inciter à revenir..pour le brushing et le Hammam par la même occasion..
La solution? mmmm....
Embaucher des coiffeurs à la place des coiffeuses?...mmm oui, mais cela pourrait dissuader les clientes les plus pudiques..("Wah, hammem nsé wel rjel etdour fih??") Les maris y verront certainement à y redire..à moins de séparer clairement le Hammam du salon de coiffure..

A bon entendeur salut!

J'ai sommeil, je sens que je vais dormir comme un bébé ce soir..c'est l'effet du Hammam..